wrapper

L’Europe devrait introduire une nouvelle relation, démocratiquement légitime,
entre la structure nationale et supranationale, dans l’intérêt des citoyens.

Dans son article intitulé “Rome n’est plus Rome”, paru dans le journal “Ethnos tis Kyriakis” le 19 mars 2017, la Présidente de la Région Attique, Réna Dourou souligne, entre autres, que «Le projet de l’intégration européenne devrait introduire une nouvelle relation, démocratiquement légitime, entre la structure nationale et supranationale, dans l’intérêt des citoyens et non pas des intérêts financiers, en respectant les valeurs européennes tout en assurant l’équité sociale.»

Extraits de l’article de la Présidente de la Région Attique:

  • «Rome n’est plus dans Rome: 60 ans d’Europe et après?». Le titre de l’événement — débat que l’Institut Delors organise en partenariat avec d’autres «groupes de réflexion» le 23 mars à l’Assemblée nationale française, est en soi révélateur de la situation dans laquelle se trouve actuellement le projet de l’intégration européenne: c’est-a-dire à la croisée des chemins, face aux crises qu’il traverse.
  • La crise économique met en lumière toutes les faiblesses intrinsèques de la zone euro, tandis que, dans le même temps, la  droite nationaliste est en hausse. La crise généralisée d’identité, qui a suivi la crise économique, est déjà cristallisée sous forme d’une crise de la démocratie.
  • Aujourd’hui, la crise à facettes multiples mène,  à la fois, à une constatation et une proposition déterminantes pour l’avenir du projet inspiré par les pères fondateurs de l’Union européenne, i.e. Jean Monnet, Robert Schuman, Alcide Amedeo Francesco De Gasperi, Altiero Spinelli et les autres inspirateurs de la CEE. La constatation porte sur le triple déficit européen, en matière de  légitimité démocratique, de leadership politique et d’un projet commun pour l’avenir.
  • Des approches et des solutions plus technocratiques (…) sont vouées à l’échec. Pas en raison de l’absence de bonnes intentions, mais en raison d’une incapacité structurelle à répondre aux besoins réels des sociétés européennes, à savoir, la stabilité sociale, la cohésion et la croissance créatrice d’emplois afin de garantir l’avenir de nos enfants. Ces objectifs doivent se trouver au cœur d’un nouveau projet/enjeu pour l’Europe, axé sur les besoins des citoyens et l’avenir des sociétés.
  • 2017 n’est peut-t-être pas 1957, puisque les conditions politiques et économiques internationales ont radicalement changé, cependant, l’enjeu demeure actuellement le même: un projet européen qui prendrait en compte les besoins des citoyens en matière de croissance, d’emploi, de solidarité, de sécurité, en écoutant leur voix. Un projet par les citoyens, avec les citoyens, pour les citoyens. «Nous ne coalisons pas des États, nous unissons des hommes», écrivait Jean Monnet.

Cliquez ici pour lire l’article complet: https://goo.gl/eXatdR


Independent Office of International Affairs

Tel.: +30 213 2063 521, 529, 812, 668.
e-mail: oia@patt.gov.gr, kpaliou@patt.gov.gr

A- A A+
Τα cookies επιτρέπουν μια σειρά από λειτουργίες που ενισχύουν την εμπειρία σας στο patt.gov.gr. Χρησιμοποιώντας αυτόν τον ιστότοπο, συμφωνείτε με τη χρήση των cookies.